La BAD et le Japon débloquent 300 millions $ pour le secteur privé en Afrique

La Banque africaine de développement (BAD) a signé avec le gouvernement japonais, ce mercredi 17 mai à Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire, un accord conjoint pour un prêt d’assistance au secteur privé en Afrique, selon un communiqué de l’institution financière.

Ce prêt d’un montant de 34,41 milliards de Yens, soit environ 300 millions de dollars, est le septième qui soit octroyé dans le cadre de l’initiative conjointe d’assistance renforcée au secteur privé en Afrique (EPSA en anglais), précise le communiqué. Il est destiné à soutenir les opérations du secteur privé sur le continent africain, via le guichet non souverain de la BAD.

«Le Japon est un partenaire stratégique essentiel pour la BAD, et un partenaire commercial majeur pour l’Afrique. En soutenant la croissance du secteur privé, des infrastructures de qualité et les opérations de cofinancement, le Japon a permis à la Banque de multiplier par dix son portefeuille du secteur privé», a souligné Charles Boamah, vice-président principal de la BAD, lors de la cérémonie de la signature de l’accord.

Du côté japonais, le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire, Yukuo Murata, a salué le travail accompli par la BAD et réitéré la volonté de son pays de «travailler avec la Banque pour remplir les objectifs de la troisième phase de l’initiative EPSA». A terme, c’est-à-dire sur les trois prochaines années, les deux partenaires souhaitent engager au moins 3 milliards de dollars pour cette troisième phase de l’EPSA.

L’accord signé mercredi marque la fin de la deuxième phase de l’EPSA et le début de la troisième. L’initiative EPSA compte trois composantes dont l’une concerne les prêts au titre d’assistance au secteur privé.

A propos de Abidjan© 2017 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.