L’OCDE préconise des réformes en Tunisie en vue de relancer l’économie

Dans le souci de soutenir la «transition économique» de la Tunisie, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a appelé le gouvernement tunisien à mettre en œuvre les réformes requises  pour relancer l’économie du pays.

Dans un rapport de l’OCDE consacré à l’économie tunisienne et présenté ce jeudi, par Alvaro Pereira, économiste en chef de cette organisation, il est mentionné que «La Tunisie doit mettre en œuvre les réformes qui s’imposent pour parvenir à la croissance et à la création d’emplois.

Pereira a assuré la Tunisie du soutien de l’OCDE exhortant en même temps les Tunisiens de «croire en ces réformes et sur la nécessité de les faire maintenant».

Le document de l’OCDE met en exergue les atouts de la Tunisie, ainsi que ses différentes avancées. «La Tunisie a connu de fortes avancées économiques et sociales au cours des dernières décennies et, plus récemment, une transition démocratique réussie », estime l’organisation.

Mais l’OCDE pointe également du doigt certaines faiblesses dont fait preuve le pays. Elle relève, entre autres, les inégalités sur le marché du travail, les disparités régionales, le niveau élevé du taux de chômage, l’augmentation de la dette externe du pays ou encore la lourdeur de la fiscalité et des cotisations sociales.

Après une analyse approfondie de la situation, l’organisation propose un ensemble de pistes de solutions. Parmi les réformes, elle préconise l’accompagnement de l’ajustement budgétaire par des réformes structurelles, le rétablissement de la justice fiscale, une meilleure gouvernance des entreprises publiques, la réduction graduelle de l’emploi dans l’administration, l’augmentation de façon progressive de l’âge de départ à la retraite.

L’OCDE invite aussi à l’amélioration du climat des affaires, la simplification des procédures administratives et douanières, l’allègement des cotisations sociales pour baisser le chômage, la participation des femmes sur le marché du travail, l’adaptation des formations aux besoins des employeurs et une nouvelle politique de développement régional.

Le ministre tunisien de l’Investissement, Zied Laâdhari, satisfait du tableau dressé par l’OCDE, a déclaré que le gouvernement tunisien est en phase de «mettre beaucoup plus de vigueur dans la mise en place des réformes».

Le rapport consacré à la Tunisie, intitulé « Etudes économiques de l’OCDE Tunisie », est le premier du genre réalisé par l’OCDE.

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.