La Tanzanie annule sa fête d’indépendance pour faire des économies

Le nouveau président de la Tanzanie, John Magufuli a annulé la fête de l’indépendance du 9 décembre dans l’objectif d’économiser de l’argent à investir dans la campagne de lutte contre le choléra qui sévit dans le pays.

Cette mesure avait été prise par le chef de l’Etat juste quelques jours après son investiture en octobre. A la place des discours, défilés et danses qui ont souvent caractérisé cette fête annuelle, Magufuli avait prévu une opération de nettoyage de la ville de Dar Es Salam, la capitale économique, pour lutter contre le choléra.

«Il est simplement honteux que nous dépensions tant d’argent pour célébrer 54 ans d’indépendance quand notre peuple meurt de choléra», avait-il alors déclaré. Le cholera a déjà fait 150 victimes ces trois derniers mois, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les Tanzaniens ont donc vécu ce mercredi le 54ème anniversaire de leur indépendance de façon inédite, en ramassant les ordures dans des marchés, des écoles et des espaces publics. Le président lui-même, comme un citoyen ordinaire, a participé à cette opération de nettoyage dans un marché à proximité du palais présidentiel de Dar Es Salam.

Cette mesure de nettoyage qui a été largement saluée par la population, selon les témoignages sur place, entre dans le cadre de la lutte contre le gaspillage d’argent public qui a été au centre des promesses électorales de Magufuli. Le président avait promis de faire la guerre à la corruption et à la mauvaise utilisation des biens publics.

Il s’est déjà illustré, dans ce sens, par plusieurs actions. Il a mis fin aux dépenses de prestige pour les responsables politiques, en suspendant les voyages non impératifs à l’étranger, l’achat des billets d’avion en classe affaires et les réunions du gouvernement dans des hôtels luxueux. Il a également réduit de 90%, le budget alloué au dîner marquant le début des travaux du Parlement. L’argent économisé de cette réduction devrait servir à l’achat de lits pour l’hôpital général public de Dar Es Salam dont le directeur a été limogé.

Au chapitre des limogeages, plusieurs autres responsables soupçonnés de détournement de fonds publics ou de corruption ont déjà été remerciés. Magufuli a mis aussi en garde les fonctionnaires qui désertent leurs bureaux.

A propos de Dodoma©2015 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.