Ferme mise en garde du roi du Maroc au président Trump au sujet d’Al-Qods

Le Roi du Maroc, Mohammed VI qui préside le Comité Al-Qods, a mis en garde l’administration américaine bien avant l’annonce jeudi, par le président Donald Trump de sa décision controversée de reconnaître Al-Qods (Jérusalem) comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats Unis.

Le Roi du Maroc a en effet, adressé mercredi dernier, un message au ton ferme, au président Donald Trump pour lui faire part de sa profonde préoccupation personnelle et de la grande inquiétude des Etats et des peuples arabes et musulmans au sujet de la démarche de Washington.

La décision américaine risque d’avoir de lourdes conséquences sur les rapports entre les pays musulmans et occidentaux, sachant que l’Organisation de la coopération islamique (OCI) dont est issu le Comité Al-Qods, regroupe 57 Etats musulmans qui comptent plus d’un milliard de citoyens sur 1,624 milliard de Musulmans répartis sur les cinq continents.

Dans son message, le Roi Mohammed VI à également rappelé l’extrême importance que revêt la ville sainte d’Al-Qods, compte tenu de ses spécificités religieuses uniques, son identité historique séculaire et sa grande symbolique politique.

Le souverain marocain a par ailleurs mis en garde le président des Etats-Unis contre l’impact négatif de sa décision sur les perspectives d’une solution juste et globale au conflit palestino-israélien.

D’ailleurs une troisième Intifada palestinienne se prépare déjà suite à l’annonce de la décision de Washington et risque d’embraser tous les territoires palestiniens occupés par les forces sionistes d’Israël.

Devant ce constat, le Roi du Maroc Mohammed VI s’est empressé d’adresser un message similaire au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, attirant son attention sur l’inquiétude et la profonde préoccupation de tous les Musulmans.

Dans ses deux messages, le souverain marocain a insisté sur le fait que les résolutions internationales, et particulièrement celles du Conseil de sécurité de l’ONU, placent la ville d’Al-Qods au cœur des questions du statut définitif, ce qui exige, selon lui, de «préserver sa place juridique et d’éviter tout ce qui de nature à porter atteinte à son statut politique actuel».

Par ailleurs, sur instructions royales, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita a convoqué mercredi, la chargée d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat, Mme Stephanie Miley à laquelle il a remis une copie du message royal au président Trump, en présence des ambassadeurs des quatre autres pays membres permanents du Conseil de Sécurité (Russie, Chine, France et Royaume uni) et de la Palestine à Rabat, Jamal Choubki.

A propos de © 2017 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.