Une formation politique en Côte-d’Ivoire lance l’opération «CPI ça suffit !»

Le Conseil politique du Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des peuples (COJEP) a tenu samedi dernier, sa deuxième session ordinaire, suite à laquelle il a lancé l’opération «CPI ça suffit ! Libérez Gbagbo et Blé Goudé».

La décision du lancement de cette opération a été motivée par des constats faits par le COJEP en relation avec la situation sociopolitique de la Côte d’Ivoire.

L’organe politique du Conseil a regretté dans communiqué, que «malgré les discours et autres déclarations de bonne intention, 6 ans après la crise postélectorale, le dossier de la réconciliation reste toujours au point mort», assurant que «la réconciliation est devenue un sujet de propagande si elle n’est pas théâtralisée par les acteurs politiques».

Faisant d’autres constats relatifs aux détenus liés à la crise postélectorale, «le Conseil a remarqué que l’épineuse question de la détention à la Haye du Président Laurent Gbagbo et du Ministre, Charles Blé Goudé, le maintien en prison en Côte d’Ivoire de Simone Gbagbo, de personnalités politiques et militaires en connexion avec la crise postélectorale continuent d’être mal vécus par une partie non négligeable de la population», poursuit le communiqué.

Le parti de Blé Goudé, le COJEP, estime que la remise en liberté de ces personnalités permettra d’accélérer le processus de réconciliation et de paix et de décrisper l’atmosphère sociopolitique dans le pays. Parler de réconciliation sans Laurent Gbagbo et ses camarades est une peine vaine, pensent les militants du parti.

La formation politique compte lancer la cérémonie de l’opération, le samedi 27 mai prochain. Après ce coup d’envoi, le parti enverra plusieurs missions sur l’ensemble du territoire national pour expliquer à la population les bienfaits de la libération de tous les prisonniers politiques et militaires qui sont encore en détention. Le COJEP a aussi annoncé la candidature de Charles Blé Goudé à la présidentielle de 2020 qui sera axée sur «ces sentiers de la paix».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.