Vives réactions à la levée de l’immunité du maire de Dakar

L’immunité du député-maire de Dakar, Khalifa Sall, a été levée, ce samedi 25 novembre, par les parlementaires, lors d’une séance plénière, avec 125 voix pour, 23 contre et 0 abstention.

Une situation qui ouvre la voie à un procès de Sall soupçonné de détournements de deniers publics et les réactions des partisans du maire ne se sont pas fait attendre.

Déjà au niveau des députés de l’opposition, il a été dénoncé le non-respect de la procédure, et l’absence d’audition de l’intéressé. Pour le député Abdoulaye Baldé, «c’est la démocratie sénégalaise qui vient d’être biaisée».

Les partisans de Khalifa Sall ont essayé de se réunir samedi devant le Parlement, mais les forces de l’ordre ont réussi à les disperser. Les députés ont annoncé un recours devant le Conseil constitutionnel.

Le ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall, a expliqué, lors des discussions au Parlement, que la levée de l’immunité de Khalifa Sall «ne remet nullement pas en cause sa présomption d’innocence» et n’est pas «une déclaration de sa culpabilité», mais ouvre la voie «à la tenue d’un procès qui permettra la manifestation de la vérité».

Madior Fall à par ailleurs, assuré qu’il prendra toutes les dispositions pour s’assurer que le procès «respectera les standards les plus élevés d’un procès équitable tel que défini par la Constitution et le texte des droits de l’homme».

Khalifa Sall est en prison depuis mars dernier, soupçonné de malversations présumées portant sur 1,8 milliard de francs CFA, dans l’affaire de la gestion de la  «caisse d’avance» de sa mairie. Lors des élections législatives en juillet dernier, il a été élu député pour le compte de la coalition «Mankoo Wattu Senegaal», dont il était la tête de liste nationale.

S’appuyant sur sa nouvelle immunité parlementaire, ses avocats avaient déposé en août une demande de mise en liberté d’office, sur la base de la Constitution et de la loi organique qui réglemente l’Assemblée nationale.

Mais le procureur du tribunal de grande instance de Dakar avait opposé une fin de non-recevoir à cette demande, mettant en avant l’antériorité de son incarcération.

Pour l’opposition, la levée de l’immunité de Khalifa Sall est une manigance de plus du pouvoir qui veut mettre à l’écart le maire de Dakar, un éventuel adversaire redoutable du président Macky Sall à la prochaine présidentielle.

A propos de © 2017 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.