Soudan : l’armée appelle à des élections anticipées dans neuf mois

Le Conseil militaire de transition du Soudan a annulé, dans la nuit du lundi, tous les accords conclus avec la principale coalition de l’opposition qu’il a accusée d’être responsable du retard dans la conclusion d’un accord final. Dans la foulée, il a appelé à des élections anticipées d’ici mars prochain.

Le Conseil militaire de transition « décide de cesser de négocier avec l’Alliance pour la liberté et le changement » (ALC, fer de lance de la contestation), « d’annuler ce qui avait été agréé et de tenir des élections dans un délai de neuf mois », a fait part le chef du Conseil, le général Abdel Fattah al-Burhane, dans un communiqué diffusé à la télévision officielle.

Au cours de la journée, les forces de sécurité ont pris d’assaut le camp de protestation devant le quartier général de l’armée à Khartoum, et la sévère réprimande réservée aux manifestants qui refusaient de démanteler leur sit-in, se serait soldée par la mort d’au moins 30 personnes.

Les manifestants occupent cette place, devant le QG de l’armée, depuis le 6 avril, soit cinq jours avant le renversement du président Omar el Bechir. Le général Abdel Fattah al-Burhane qui a démenti toute « dispersion par la force » du sit-in à Khartoum, a promis que ces événements meurtriers feront l’objet d’une enquête.

L’armée et les manifestants avaient pourtant convenu d’une période de transition de 3 ans et de la mise en place d’un organe législatif composé à 67% de civils. Il ne restait qu’à déterminer la composition du conseil souverain, l’organe décisionnel suprême chargé de diriger la transition ; le véritable point de blocage étant donné que chaque partie tenait à avoir une mainmise sur cet organe en s’accaparant de la majorité des postes.

Devant cette nouvelle situation, l’ALC a invité la population à des « marches pacifiques ». De même qu’elle a appelé à « la grève et la désobéissance civile totale et indéfinie » en vue de « renverser le régime ».

Au niveau international, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette réunion, à huis clos, devrait, selon des diplomates, se tenir ce mardi autour, entre autres, des violences perpétrées par des forces de l’ordre ayant fait une trentaine de morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.