Maroc-Sahara : Les Îles Comores ouvrent bientôt un Consulat général à Laâyoune

Les îles Comores ont décidé, dans une démarche inédite, l’ouverture d’un Consulat général à Laâyoune, quelques jours après le discours prononcé par le Roi du Maroc, Mohammed VI à l’occasion 44ème anniversaire de la  Marche verte, largement consacré aux provinces du Sahara marocain en tant que portail du Maroc vers l’Afrique subsaharienne.

« Les îles Comores se préparent à ouvrir un Consulat général dans la ville de Laâyoune », rapporte ce mercredi, le site d’information marocain «le360.ma» citant une source diplomatique.

La décision des Iles Comores revêt une forte connotation politique pour la position du Maroc dans le conflit territorial qui l’oppose au Polisario autour de son Sahara, surtout qu’elle intervient après l’ouverture, par la Côte d’Ivoire et le Sénégal, deux alliés historiques du Royaume, de « Consulats honorifiques » dans la même ville de Laâyoune.

Dans son discours du 6 novembre dernier, rappelle-t-on, le Roi Mohammed VI, avait notamment affirmé que « nos Provinces du sud constituent un véritable trait d’union entre le Maroc et le reste de l’Afrique sur les plans géographique, humain et économique », soulignant que « le Sahara constitue le portail du Maroc sur l’Afrique subsaharienne ».

Le Souverain a également exprimé sa volonté d’ »ériger le Maroc en acteur clé de la construction de l’Afrique de demain », alors que le Royaume chérifien occupe déjà une place pionnière en Afrique depuis qu’il a réintégré en janvier 2017, l’Union africaine (UA), mettant ainsi fin à sa «politique de la chaise vide» qu’il observait depuis l’admission dans l’organisation panafricaine (OUA) de la soi-disant république sahraouie «RASD».

Le retour du Maroc au sein de l’UA est « indispensable pour aller de l’avant» avait notamment déclaré le président des Iles Comores, Azali Assoumani, mettant en avant le «leadership de SM le Roi Mohammed VI sur la scène africaine», en marge de la conférence des Nations Unies sur les changements climatique ( COP22) qui se tenait du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech.

Le discours royal largement relayé par les médias marocains et étrangers, n’est sûrement pas passé inaudible, mais devrait avoir, bien au contraire, de larges échos au plan international à la faveur des grandes causes du Royaume et à leur tête sa souveraineté sur le Sahara.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

5 × 3 =