Mali: Retour de Modibo Keïta à la tête du gouvernement

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a nommé jeudi, Modibo Keïta au poste de Premier ministre en remplacement de Moussa Mara qui a jeté l’éponge sous la pression de l’opinion publique.

Modibo Keïta, 73 ans, avait déjà occupé le poste de chef de gouvernement en 2002 sous le président Alpha Oumar Konaré.

Il était jusque-là le Haut représentant du président de la République pour le dialogue inclusif inter-malien.

Son implication dans la question épineuse du nord du Mali et sa connaissance de l’administration de son pays sont certainement parmi les atouts qui ont plaidé pour sa nomination.

Pour le parti au pouvoir, le Rassemblement pour le Mali (RPM) ainsi que pour l’opposition, Moussa Mara n’était pas l’homme qu’il fallait à la tête du gouvernement. Ce jeune Premier ministre (39 ans) était contesté dès sa nomination à la primature même parmi l’entourage d’IBK. Il a ensuite perdu le faible capital de crédibilité qui lui restait aux yeux de la classe politique et de l’opinion publique malienne, après sa calamiteuse visite dans la région de Kidal en mai dernier.

Ce voyage a en effet été la cause d’affrontements meurtriers ayant opposé l’armée malienne et les rebelles. La mort de huit préfets et la flagrante défaite essuyée par les Forces armées du Mali (FAMA), entrainant ipso facto le contrôle de la région nord du mali par les rebelles, sont restées jusqu’à présent, gravées dans la mémoire de la population.

Après cette imprudence politique et les conséquences qu’elle a entrainées, d’aucuns s’attendaient de voir le Premier ministre viré de son poste dans les jours qui suivaient. IBK s’est obstiné pendant plusieurs mois à garder Moussa Mara dans ses fonctions, avant de céder aujourd’hui aux attentes de la société civile et de la classe politique.

Le président Boubacar Keïta compte jouer la carte Modibo Keïta, pour redonner aussi, un peu plus de légitimé à son pouvoir qui fait ces derniers temps, l’objet de nombreuses critiques.

A propos de Bamako © 2014 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.