Nouvelle médiation de la CEDEAO dans la crise bissau-guinéenne

La Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a donné mandat à un groupe de contact pour engager le dialogue entre les parties prenantes dans la crise qui sévit en Guinée Bissau, en vue de trouver une solution institutionnelle durable à cette crise.

L’organisation régionale s’est réunie en session extraordinaire, le 12 septembre à Dakar, au Sénégal, pour faire le point sur la question des élections dans plusieurs pays de la région et pour examiner la situation politique en Guinée Bissau.

La délégation de la CEDEAO, attendue entre ce mardi et ce mercredi à Bissau, est composée du président sénégalais, Macky Sall, du président guinéen, Alpha Condé, ainsi que de l’ex-président nigérian, Olusegun Obasanjo (envoyé spécial de Muhammadu Buhari, Président du Nigeria et Président du Groupe régional de contact sur la Guinée Bissau).

Pour rappel, la crise politique en Guinée Bissau a été déclenchée après le limogeage du Premier ministre, Domingos Simões Pereira, en août dernier, par le président José Mário Vaz qui avait avancé des divergences de vue. Il a nommé un remplaçant, Baciro Dja, mais qui a démissionné quelques jours après, la Cour suprême bissau-guinéenne ayant jugé sa nomination inconstitutionnelle.

Selon les témoignages, le président bissau-guinéen a été critiqué, pour sa démarche qui a conduit à l’instabilité dans son pays, par plusieurs de ses homologues ouest-africains.

La CEDEAO attend de Vaz de respecter la décision de la Cour suprême et de nommer, tel que l’impose la Constitution, au poste de Premier ministre le candidat que proposera le parti majoritaire, notamment Pereira qui est le président du PAIGC, dont Vaz et Dja font aussi partie.

Vaz a promis à la CEDEAO de s’en tenir à cette décision. L’arrivée du groupe de contact avancera probablement le dossier. La CEDEAO invite aussi les autorités bissau-guinéennes à prévoir une révision de la Constitution du pays afin d’éviter de vivre les mêmes situations à l’avenir.

L’ONU, par l’intermédiaire de son Représentant en Guinée-Bissau, Miguel Trovoada, a appelé également à surmonter la crise actuelle à la lumière des lois existantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.