La BAD et la CEEAC financent un projet de corridor Brazzaville-N’Djamena

La Banque Africaine de Développement (BAD) et la Communauté des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) vont financer un projet de corridor de 1200 km reliant les capitales de la République du Congo-Brazzaville et du Tchad.

Baptisé « Corridor 13 », l’axe routier Brazzaville-N’Djamena mettra en lien quatre pays, notamment la Centrafrique et la République démocratique du Congo, en plus du Congo et du Tchad.

Le projet devrait permettre une hausse des échanges commerciaux entre ces pays, grâce en particulier aux ports de Brazzaville et de Kinshasa. Il entre dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et du plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC).

La BAD participera au financement du projet à travers son fonds stratégique Africa 50. Le groupe bancaire a déjà appuyé d’autres projets de même nature en Afrique. Le cas du corridor Yaoundé (Cameroun) – Brazzaville et de la route côtière entre Abidjan (Côte d’Ivoire) et Lagos (Nigeria) financée également par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

En tout, la banque vise, par ces corridors, de stimuler le développement économique et social, par la libre circulation des biens et des personnes, ainsi que l’intégration des sous-régions concernées.

Le groupe intervient aussi dans des projets d’infrastructures routières à l’intérieur des pays dans le but, entre autres, de venir en aide aux zones reculées en les reliant avec les grands centres. Il s’agit dans la plupart des cas des zones agricoles auxquelles est, ainsi offerte la possibilité d’acheminer leurs marchandises vers les villes.

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.