Cacao : la Côte d’Ivoire et le Ghana définissent un plan stratégique commun

Dans la suite des travaux sur le secteur cacaoyer qui avaient abouti à la « Déclaration d’Abidjan » en mars dernier, la Côte d’Ivoire et le Ghana viennent de mettre en place un plan stratégique pour la mise en œuvre de cette Déclaration.

 

Des délégations du Ghana Cocoa Board et du Conseil ivoirien du café-cacao se sont attelées à la définition de ce plan au cours d’une rencontre de travail tenue du 12 au 13 juin à Abidjan.

 

La stratégie commune couvre la production, la commercialisation, la transformation et la consommation du cacao. Parmi les mesures prises, les deux parties ont convenu de travailler de telle sorte qu’un prix plancher décent soit défini pour les producteurs, de sensibiliser le secteur privé africain à investir dans la transformation du cacao, et de mettre en place une plateforme commune pour la promotion de la consommation sur le plan local, régional et dans les pays émergents.

La mise en œuvre du plan démarre dès septembre 2018 avec la campagne 2018-2019. Elle s’effectuera dans les deux pays en même temps, avec l’annonce d’un prix plancher commun aux cultivateurs.

 

Concrètement, les deux pays ouest-africains, qui à eux seuls fournissent 60% de l’offre mondiale de cacao, sont déterminés à peser sur l’économie cacaoyère internationale, en créant un cartel de producteurs pour influencer les prix du cacao et, ainsi, mieux bénéficier des retombées de cette manne. Alors que l’économie cacaoyère mondiale génère 100 milliards de dollars par an, les paysans ne bénéficient que de 2% des recettes.

 

« Nous ne décidons pas des prix du cacao. Quand nous serons capables d’harmoniser notre système de commercialisation, nous pourrons décider quand (et) quel volume ira sur le marché. Et nous pourrons le réguler nous les producteurs », a, entre autres, déclaré le directeur de Ghana Cocoa Board.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.