Liberté de la presse : Le Soudan épingle la mission de l’UE à Khartoum

Le chef de la diplomatie soudanaise, Babiker Al-Siddiq Mohamed Al-Amin, a convoqué ce mercredi 3 octobre, l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) à Khartoum, Jean-Michel Dumond, pour lui manifester son mécontentement suite à une rencontre organisée par la mission de l’UE et ayant réunie une délégation euro-américaine avec quelques journalistes soudanais, selon un communiqué rendu public par le porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères.

Les autorités soudanaises ont déploré cette «réunion organisée par la mission, les ambassades des Etats membres de l’UE et l’ambassade des Etats-Unis à Khartoum avec un certain nombre de journalistes et de rédacteurs en chef de plusieurs journaux soudanais », affirme le document.

«Le ministère a fait part à l’ambassadeur de l’UE de son rejet de la manière dont la réunion avait outrepassé les cadres et normes diplomatiques auxquels il fallait adhérer», souligne le communiqué qui informe aussi sur une autre plainte du gouvernement, celle de constater que la rencontre a été tenue «de façon à ce que seul un groupe particulier de journalistes» soudanais soit invité.

La séance initiée par la mission de l’UE a porté principalement sur la liberté de presse, un dossier très sensible au Soudan. La délégation euro-américaine a pu noter, à cette occasion, les difficultés rencontrées par les journalistes ainsi que leurs médias, selon une déclaration publiée mardi à l’issue de la réunion.

La diplomatie soudanaise a manifesté sa surprise du fait que « la réunion ait porté sur des questions en suspens telles que la loi sur la presse, qui fait toujours l’objet de discussions au sein des institutions concernées ».

Khartoum a rappelé l’intérêt du dialogue avec les autorités pour aboutir aux objectifs souhaités. La mission de l’UE qui milite pour la liberté d’expression au Soudan s’est dite aussi prête à prendre part à un « dialogue constructif » en lien avec ce dossier.

Le Soudan occupe la 174e position sur 180 pays, dans le classement 2018 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF).

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.