RCA : Plusieurs miliciens anti-balaka tués par les forces internationales

Six miliciens chrétiens anti-balaka ont été tués mercredi à Bangui dans des affrontements avec les forces onusiennes et européennes, en mission en RCA pour pacifier la capitale et mettre un terme aux violences communautaires qui durent depuis 2013 en Centrafrique.

Dans certains quartiers de la capitale centrafricaine, de nouvelles tensions entre les miliciens anti-balaka et les forces internationales avaient dégénéré en échanges de tirs. Les affrontements ont eu lieu dans les 5eme et 8eme arrondissements suite au refus des miliciens de ces zones de déposer les armes.

Dans la nuit de mardi à mercredi, plusieurs pillages et actes de vandalisme ont été perpétrés par les miliciens anti-balaka. Ces violences qui ont éclaté près de la résidence de la présidente intérimaire Catherine Samba Panza, ont fait 4 morts dont 3 civils. Les miliciens chrétiens anti-balaka ont par la suite continué leurs exactions en refusant de se rendre aux autorités.

La Mission Intégrée Multidimensionnelle de Stabilisation des Nations Unies en République Centrafricaine (MINUSMA) venue en renfort suite à ces violences, a dénombré 4 blessés parmi ses soldats.

La semaine dernière déjà, la capitale centrafricaine avait sombré dans le chaos après les affrontements entre des membres des communautés chrétienne (anti-balaka) et musulmane (séléka) qui ont fait au moins 10 morts. La ville a par la suite été bloquée pendant plusieurs jours et de nombreux blessés ont été comptabilisés durant cette période.

Ces incidents sont devenus quasiment routiniers en RCA. Le pays est en effet plongé dans des troubles sécuritaires depuis mars 2013, date à laquelle le régime de l’ancien président François Bozizé a été renversé par la coalition rebelle à majorité musulmane, Séléka. Depuis lors, la RCA a sombré dans une spirale de violences intercommunautaires opposant les musulmans d’un côté et les chrétiens de l’autre. Malgré l’intervention des forces internationales pour stabiliser la situation dans le pays, aucun changement notablement n’a été constaté jusqu’à présent.
© 2014 Agence Afrique

A propos de © 2016 Agence Afrique