La Fintech en Afrique débattue à Washington

En marge des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, se tient ce jeudi 11 avril à Washington, l’Africa Fintech Summit (AFTS).

Ce sommet qui rassemble des leaders, des décideurs politiques et des investisseurs de toute l’Afrique et des Etats-Unis, offre un débat sur l’avenir de la technologie financière dans le continent noir.

Plus de 2 milliards de dollars de capitaux privés et de capital-risque seront représentés, ainsi que des start-ups africaines et des représentants de plusieurs Banques centrales d’Afrique, annoncent les organisateurs.

Selon les mêmes sources, Jim Ovia, président fondateur de Zenith Bank et l’un des entrepreneurs les plus influents d’Afrique, s’exprimera lors de la cérémonie d’ouverture.

Au menu de la journée, des sujets vont porter entre autres, sur l’avenir des banques, le capital-risque, la politique et la réglementation, la Blockchain, l’identité numérique, les transferts de fonds et l’inclusion financière.

Il est également prévu un concours dénommé «New-Venture Competition» qui permettra aux startups sélectionnées de pitcher devant un panel d’investisseurs.

Au programme figure également un atelier présenté par Insider (une agence de relations publiques pour les entrepreneurs internationaux) qui assurera aux fondateurs de fintech un cours accéléré sur le développement du leadership et sur la visibilité dans les médias.

L’AFTS est la première initiative au monde consacrée à la technologie financière en Afrique. L’événement se déroule chaque année en avril à Washington et chaque année en novembre dans une ville différente en Afrique.

Ce sommet, soutenu par un comité consultatif composé de leaders d’opinion et de pionniers de la technologie, offre un espace unique où les idées sont explorées, les investissements mobilisés et les collaborations formées entre secteurs et régions géographiques.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.