Le Rwanda et l’Ouganda mettent fin à leurs tensions

Les présidents rwandais, Paul Kagame et ougandais, Yoweri Museveni, ont signé, lors d’un mini-sommet tenu ce mercredi à Luanda (Angola), un mémorandum d’entente censé mettre fin à plusieurs mois de tensions entre Kigali et Kampala.

Ce sommet régional organisé à l’initiative du président angolais, Joao Lourenço, s’est déroulé en présence des présidents de la République du Congo, Denis-Sassou Nguesso et de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi.

Le Rwanda et l’Ouganda s’accusaient mutuellement depuis plusieurs mois, d’espionnage, d’assassinats politiques et d’ingérence. Si Kigali accuse son voisin d’apporter un soutien logistique aux groupes armés cherchant à déstabiliser le régime de Kagame, Kampala dénonce, de son côté, des tentatives d’espionnage sur son territoire par le Rwanda.

Fin février, le gouvernement ougandais avait accusé le Rwanda d’avoir fermé sa frontière en violation des règles en vigueur au sein de l’East African Community, l’organisation régionale présidée depuis début février par Kagame qui avait succédé à Museveni.

L’accord conclu invite chacun des deux signataires à «s’abstenir de toute action de nature à déstabiliser ou à subvertir le territoire de l’autre partie, éliminant ainsi tous les facteurs susceptibles de créer une telle perception, tels que le financement, la formation et l’infiltration des forces déstabilisatrices».

Les deux parties sont également appelées à «protéger et respecter le droit et la liberté des ressortissants de la partie résidant et transitant sur leur territoire national» et à «reprendre dès que possible les activités transfrontalières», qu’il s’agisse des « mouvements de personnes ou de biens» et des marchandises.

Le suivi de l’application du mémorandum sera aussi assuré par un comité composé des ministres des Affaires étrangères des pays signataires.

Joao Lourenço, dont le pays a accueilli le sommet, a indiqué que « cet accord marque le début du processus de consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs, mais ce n’est pas encore tout. Nous avons toujours plusieurs autres conflits, comme au Soudan du Sud, des groupes rebelles opérant dans l’est de la RDC et l’instabilité en RDC».

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.