Dissolution du parlement de l’Ile Maurice en prévision des législatives de novembre

Le parlement de l’Île Maurice a été dissout ce dimanche, dans la perspective de nouvelles élections législatives, annoncées pour le début du mois de novembre prochain.

C’est le Premier ministre mauricien, Pravind Kumar Jugnauth, qui a annoncé, «avec un sentiment du devoir accompli», la fin de mission des élus de 2014 et précise en avoir avisé le Chef de l’Etat.

Dans un message diffusé à la télévision nationale, le premier ministre Pravind Kumar Jugnauth a annoncé pour le 7 novembre 2019, la tenue des élections législative, et les candidats ont jusqu’au 22 octobre pour introduire leurs dossiers de candidature.

Ces élections législatives accoucheront d’une Assemblée nationale de 70 députés pour un mandat de 5 ans. Si un parti obtient à lui seul la majorité, il peut décider de gouverner seul. A défaut, l’on devrait assister à la formation d’une coalition majoritaire de plusieurs partis qui nommera Un nouveau Premier ministre.

Les législatives précédentes de décembre 2014, avaient mené à la formation de la coalition Lepep (le peuple, en créole), conduite par le Mouvement socialiste militant (MSM).

L’actuel chef de gouvernement, Pravind Jugnauth, avait succédé en 2017 à son père Anerood Jugnauth, un cacique de la vie politique mauricienne qui avait démissionné à l’âge de 86 ans.

L’opposition avait réclamé à l’époque, la tenue de nouvelles élections anticipées, mais l’Assemblée nationale est allée finalement jusqu’au bout de son mandat.

Dans son message de ce dimanche, Jugnauth a appelé les Mauriciens à faire en sorte que cet «exercice démocratique» du 7 novembre «se passe dans les meilleures conditions, dans l’ordre et la discipline, qui ont toujours fait la fierté de notre pays».

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.