L’armée égyptienne annonce avoir neutralisé 83 djihadistes dans le Nord-Sinaï

L’armée égyptienne a annoncé hier lundi, dans un communiqué, que 83 «takfiris» ou djihadistes présumés ont trouvé la mort lors des opérations militaires menées dans la région du Nord-Sinaï, entre le 28 septembre et le 4 novembre 2019.

Le document précise que «77 takfiris ont été éliminés» et six autres «takfiris hautement dangereux» ont été tués dans des échanges de tirs. L’armée a saisi des armes et munitions appartenant aux jihadistes et arrêté, par ailleurs, 61 «criminels, individus recherchés et suspects».

Dans les rangs de l’armée égyptienne, trois soldats ont été tués ou blessés, d’après le communiqué qui n’a pas fourni d’autres détails à ce sujet.

L’armée égyptienne a lancé, depuis février 2018, une vaste opération « antiterroriste » dans le Nord-Sinaï où sévit une insurrection affiliée au groupe Etat islamique (EI).

Cette insurrection armée a pris de l’ampleur dans cette zone après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée en 2013. Quelque 850 djihadistes présumés et 60 soldats ont été tués dans le cadre de cette opération, selon des chiffres officiels.

La région est carrément interdite aux journalistes, sauf lors de quelques rares visites pour les médias organisées par le gouvernement et supervisées par l’armée. Ainsi les informations annoncées par les autorités ne peuvent être vérifiées de sources indépendantes.

Notons que l’annonce de l’armée intervient moins d’une semaine après la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, «calife» autoproclamé de l’organisation EI, décédé lors d’un raid de l’armée américaine en Syrie le 26 octobre dernier.

La branche égyptienne de l’EI a annoncé avoir fait allégeance, le 2 novembre, au nouveau chef du groupe Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.