Les Etats-Unis souhaitent la normalisation avec le Burundi après l’élection présidentielle

Les Etats-Unis ont dit jeudi espérer un retour à des relations « plus normales » avec le Burundi pour tourner la page des vives tensions des cinq dernières années, au lendemain de l’élection présidentielle dont ils ont salué le bon déroulement.

« Ce n’est un secret pour personne, nos relations avec le Burundi ne sont pas du tout cordiales », a déclaré le secrétaire d’Etat américain adjoint pour l’Afrique, Tibor Nagy.

« Une fois qu’un gouvernement sera formé à l’issue des élections, nous espérons pouvoir regarder si on peut renouer des relations plus normales », a-t-il ajouté lors d’un échange téléphonique avec des journalistes.

Washington, comme beaucoup d’autres capitales occidentales, a vivement critiqué la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer en 2015 un troisième mandat ainsi que la violente répression qui a suivi contre ses opposants.

Depuis, les relations restent tendues entre Washington et Bujumbura. Mais Pierre Nkurunziza a créé la surprise en décidant de ne pas se représenter à la présidentielle qui a été organisée ce mercredi 20 mai dans ce petit pays pauvre d’Afrique des Grands Lacs.

« Un point positif, c’est ce que ces élections ont été beaucoup moins violentes ou problématiques que celles de 2015 », a dit Tibor Nagy.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) du Burundi a appelé jeudi, la population à la patience pour la publication des résultats des élections générales qui se sont globalement déroulées dans le calme.

Ce scrutin marque ainsi la fin de l’ère Pierre Nkurunziza dont la candidature à un troisième mandat controversé en 2015 avait plongé son pays dans une grave crise politique, ayant fait au moins 1.200 morts et poussé à l’exode 400.000 Burundais.

La présidentielle, avec sept candidats en lice, a notamment mis aux prises le dauphin désigné de Nkurunziza et candidat du parti au pouvoir CNDD-FDD, le général Évariste Ndayishimiye, 52 ans, et le chef de l’opposition et président du Conseil national pour la liberté (CNL), Agathon Rwasa, 56 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.