Covid-19 : L’effort de guerre des fonctionnaires égyptiens

L’Etat égyptien va déduire 1% du revenu net de ses employés pour faire face au coronavirus, a annoncé la semaine dernière le gouvernement lors de l’adoption par le conseil des ministres, du projet de loi qui vise entre autres, à faciliter la mise en œuvre de cette mesure qui concerne tous les secteurs d’activités de l’Etat.

Prévue pour démarrer le 1er juillet prochain, cette mesure exceptionnelle devrait rester en vigueur pendant une année, a fait savoir le Caire. Les fonds qui seront mobilisés par ce canal vont permettre au gouvernement de dégager les ressources nécessaires pour gérer la crise sanitaire qui a durement frappé l’économie nationale, soutiennent les défenseurs de ce projet de loi.

Notons que la nouvelle mesure, qui prévoir également de déduire de 0,5% les pensions mensuelles des retraités, ne concerne pas les fonctionnaires gagnant moins de 2000 livres égyptiennes par mois.

Depuis la survenue du premier cas du Covid-19 en février, l’Egypte a multiplié les mesures pour protéger son économie des impacts de cette pandémie.

Début avril, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a annoncé un plan, de 100 milliards de livres égyptiennes, soit 6,3 milliards de dollars, qui devrait être soutenu notamment par des prêts obtenus des institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) ou encore la Banque mondiale.

L’Egypte est le second pays africain le plus touché par la pandémie du nouveau coronavirus, derrière l’Afrique du sud. A la date du 24 mai 2020, la cité des pharaons a enregistré 17.265 cas positifs au Covid-19, dont 764 décès et 4.807 guérisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.