Burkina: Le ton monte entre le Premier ministre et la garde présidentielle

Au Burkina Faso, le premier ministre, Yacouba Isaac Zida, est de nouveau en conflit avec le régiment de sécurité présidentielle (RSP).

La nuit de lundi à mardi, des soldats du RPS ont fait retentir des coups de feu pour protester contre la convocation de leur chef, le lieutenant-colonel Céleste Coulibaly, par la gendarmerie nationale.

Selon des informations relayées par la presse, la gendarmerie aurait eu écho d’un complot préparé par des militaires du RPS. Ils planifiaient pour arrêter le Premier ministre à l’aéroport de Ouagadougou à son retour d’un voyage officiel à Taïwan. L’avion du Premier ministre a finalement changé de lieu d’atterrissage.

Après son audition sur la tentative de coup contre Isaac Zida, Coulibaly qui était accompagné par deux de ses hommes, a été libéré par la gendarmerie et a regagné le camp du RSP. Furieux, le RSP accuse l’entourage du Premier ministre d’être à l’origine de cette rumeur.

S’agit-il là d’une nouvelle crise entre le premier ministre et le RSP, pilier du régime du président déchu Blaise Compaoré dont il était le numéro 2 ? Zida qui avait demandé publiquement la dissolution du RSP en décembre dernier, a pourtant changé d’avis. Il a déclaré en mi-juin, devant l’assemblée nationale qu’il n’était pas opportun de dissoudre ce corps de l’armée. «L’armée a besoin du RSP et le pays a besoin du RSP», a-t-il expliqué.

A cette occasion, il a également signifié que la commission de réforme du RSP mise en place par le président Michel Kafando, avait rendu son rapport et que les réflexions étaient en cours «pour intégrer ce qui a été proposé dans un cadre de réformes globales de l’armée».

Le gouvernement n’a pas encore réagi face à ce nouvel incident. L’on sait seulement que la réunion prévue ce mardi 30 juin entre le président Michel Kafando et les représentants de la société civile a été annulée.

La population qui est dans sa majorité pour la dissolution du RSP, s’interroge sur ce qui se trame derrière cette agitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.