Archives des mots-clés : Ange Maxime Kazagui

Centrafrique : Le bilan des affrontements de Birao monte à une vingtaine de morts

Une vingtaine de personnes dont un civil ont perdu la vie dans les combats entre  deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique début septembre, a annoncé mercredi le porte-parole de la mission de l’Onu en Centrafrique (Minusca). Du 1er au 3 septembre, des éléments du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) avaient affronté les miliciens du ...

Lire la suite »

Centrafrique : Des progrès pour la levée de l’embargo sur les armes

Des progrès ont été enregistrés en vue de la levée de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, conformément aux dispositions du Conseil de sécurité des Nations unies, a affirmé mercredi le gouvernement de Bangui. «Les progrès actuels dans la mise en œuvre du programme de DDRR (désarmement) s’inscrivent aussi dans le cadre de la levée de ...

Lire la suite »

Un groupe armé tue une trentaine de civils en Centrafrique

Des éléments du groupe armé centrafricain dénommée « 3R » (Retour, réclamation, réconciliation), signataire de l’accord de paix de février dernier, ont attaqué deux villages du nord-ouest du pays, tuant 31 civils. « Une réunion se tenait mardi matin à Koundjili et à Lemouna. Des criminels sont arrivés et ont ouvert le feu » sur les habitants, a indiqué, au ...

Lire la suite »

Les groupes armés en RCA exigent une amnistie générale

Les groupes armés opérant en République centrafricaine (RCA) ont demandé à l’Union africaine (UA) une amnistie générale pour leur militants et leurs leaders, dans le cadre d’un accord en vue d’un retour à la paix dans le pays en proie à une crise politique depuis 2012. Un groupe d’experts de l’UA, soutenu par l’ONU et les principaux partenaires de la ...

Lire la suite »

Centrafrique: Bangui déplore le non-lieu en faveur des soldats français

Le gouvernement centrafricain a condamné, samedi 20 janvier, la décision prise par la justice française de prononcer un non-lieu dans l’affaire des soldats français de l’opération Sangaris, accusés de viol sur mineurs en Centrafrique entre 2013 et 2014. «J’aurai pensé qu’on devrait aller un peu plus loin (…). On parle de cela comme s’il s’agissait de biens matériels, alors que ...

Lire la suite »