Un nouvel enlèvement de lycéennes par Boko Haram avorté

La secte nigériane Boko Haram a tenté de capturer, lundi 19 février, des lycéennes d’une école, à Dapchi dans le nord-est du pays, mais celles-ci ont échappé de justesse à cette tentative d’enlèvement.

D’après les témoignages des lycéennes et leurs enseignants, les assaillants se seraient approchés du lycée à bord de plusieurs Pick-up, en lançant des explosifs. Alertés par le bruit, le personnel et les élèves ont pu s’échapper à temps et se mettre à l’abri en lieu sûr.

N’ayant trouvé personne au sein de l’établissement, les militants de la secte se seraient livrés au pillage des bâtiments de l’école. Les forces de sécurité arrivées sur place ont pu repousser les assaillants.

Cette tentative d’enlèvement massif des lycéennes n’est pas la première au Nigeria. En avril 2014, Boko Haram avait enlevé environ 270 jeunes filles lycéennes de la ville de Chibok, dans le nord-est du pays. Plus de 100 d’entre elles ont été libérées et sont retournées dans leur famille.

Depuis octobre dernier, des centaines de militants présumés de Boko Haram impliqués dans cette affaire, sont présentés devant la barre. Certains ont déjà été condamnés et d’autres relaxés faute de preuves. Les audiences se dérouleraient de façon expéditive et à huis-clos, suscitant des critiques de la part des organisations de défense des droits de l’Homme.

Des combattants de Boko Haram ont aussi retrouvé la liberté, dans le cadre d’un échange de prisonniers avec le gouvernement.

L’armée est toujours aux trousses du leader de la secte, Abubakar Shekau, qui chercherait à s’enfuir. La semaine passée, l’armée a promis d’offrir une récompense de 8000 dollars pour toute information pouvant conduire à la capture de Shekau. Quoi qu’affaiblie, la secte multiplie ses attaques et semble encore loin d’être vaincue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.