Les fonctionnaires au Tchad démarrent une nouvelle grève illimitée

Les syndicats tchadiens ont appelé samedi à une nouvelle grève illimitée dans les services publics, qui devrait être entamée ce lundi 28 mai, pour exiger le paiement d’arriérés de primes et indemnités.

« La grève reprend de plus belle et de manière illimitée », a fait part Michel Barka, porte-parole de la plateforme syndicale du Tchad, à l’issue d’une assemblée générale qui s’est tenue samedi à N’Djamena. Selon ce responsable, un « service minimum » sera assuré dans les hôpitaux, et il « va évoluer en fonction de la position du gouvernement ».

La plateforme intersyndicale tchadienne qui regroupe quatre syndicats du pays exige le paiement du salaire «intégral» des agents de la fonction publique à partir de mai 2018, comme conclu lors d’un accord signé à la mi-mars avec le gouvernement. Ce salaire a été diminué des primes et indemnités depuis janvier, pour des raisons budgétaires.Précisément, le gouvernement avait coupé de 50% ces primes et indemnités, déjà réduites de 50% en 2016.

Selon la presse locale, la décision des syndicats serait intervenue 24 heures après leur rendez-vous manqué avec le chef de l’Etat. Les responsables syndicaux auraient été reçus par les membres du cabinet du président qui leur ont déclaré «qu’il n’y a pas de moyen de suspendre les coupes sur les salaires».

«Nous avons eu deux séances de travail avec le cabinet du président de la République qui n’ont rien donné», a martelé Michel Barka pour qui les syndicats sont «excédés».

Du côté du gouvernement, l’on affirme que, la coupe sur les salaires devrait se poursuivre jusqu’à atteindre une économie de 30 milliards de francs CFA, conformément aux exigences du Fonds monétaire international (FMI). D’autre part, la porte-parole du gouvernement Madeleine Alingué, a rassuré que les termes de l’accord sont respectés. « Nous garantissons le paiement des salaires des fonctionnaires à terme échu et je crois que c’est ça qui est important», a-t-elle précisé, rappelant le « contexte international très exigeant » dans lequel vit le Tchad.

A en croire le porte-parole de la plateforme syndicale, la grève se poursuivra jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.