Le Sénégal signe deux conventions de financement avec la BAD

La Banque Africaine de Développement (BAD) et le Sénégal ont signé, mardi à Dakar, deux conventions portant sur le financement de deux projets, pour un montant global de 80 milliards de francs CFA (plus de 121.000 euros).

Les conventions ont été paraphées par la directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de la BAD, Marie Laure Akin Olugbade et le ministre sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.

La première convention concerne le Projet de valorisation des eaux pour le développement de chaînes de valeurs (PROVAL-CV), issu du programme national de développement de la petite irrigation locale (PNDIL) élaboré avec la BAD.

Il sera cofinancé par l’institution bancaire africaine à hauteur de 60,83 millions d’euros, et Africa Growing together fund qui déboursera un montant de 26,75 millions d’euros.

Le financement bénéficiera à trois zones agro-écologiques (les Niayes à l’ouest, le Bassin arachidier au centre, et la Casamance au sud), situées dans huit régions administratives que sont Kaolack, Fatick, Kaffrine, Diourbel, Thiès, Ziguinchor, Sédhiou et Kolda.

Selon Olugbade, le PROVAL-CV permettra « de promouvoir 5000 PME et PMI productives dans les chaînes de valeurs et la création de 28.000 emplois directs et indirects additionnels».

Pour le ministre Hott, ce projet devrait « contribuer à asseoir une croissance économique forte, inclusive et durable et à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales ».

Le Projet d’appui institutionnel à la mobilisation des ressources internes et à l’attractivité des investissements (PAIMRAI), porté par la seconde convention, sera financé par le fonds Africain de Développement (FAD) pour un montant de 10,84 millions d’unités de compte, (environ 8,68 milliards de FCFA).

Le PAIMRAI a pour objectif de mobiliser des ressources internes (recettes fiscales) et de contribuer à l’amélioration de la politique et de l’administration fiscale. Le ministre a assuré, entre autres, qu’« il ne s’agit pas d’augmenter les taxes déjà établies, mais d’élargir ou d’augmenter le nombre de payeurs d’impôt ».

Les deux projets, PROVAL-CV et PAIMRAI, s’inscrivent dans le cadre de l’appui de la BAD pour la mise en œuvre du plan d’action prioritaire N°2 du plan Sénégal Emergent (PSE).

A propos de © 2016 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.