Afrique de l’Ouest : Le pastoralisme et la transhumance en faveur de la sécurité alimentaire

L’Afrique de l’ouest veut faire du pastoralisme un secteur porteur de richesse pour la sous-région, en trouvant des solutions durables aux contraintes que rencontre le pastoralisme. 

C’est dans cette optique que le «Projet régional de dialogue et d’investissement pour le pastoralisme et la transhumance au Sahel et dans les pays côtiers de l’Afrique de l’ouest » (PREDIP) a été initié avec le  soutien de l’Union européenne (UE).

Pour suivre les activités inscrites dans ce projet, les membres du Comité technique du projet (CTP), se retrouvent périodiquement. Cette semaine du 21 au 23 janvier se tient à Abidjan en Côte d’Ivoire, la deuxième réunion du CTP.

Dans la capitale économique ivoirienne, il s’agit d’une rencontre pour faire le bilan de l’année 2019 et planifier les activités prévues en pour le compte de l’exercice 2020.

Prévu pour une durée de 5 ans, le PREDIP s’est donné pour objectif principal de renforcer la contribution du pastoralisme et de la transhumance frontalière à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au développement socioéconomique équitable et à l’intégration régionale en Afrique de l’ouest.

Ses activités s’articulent autour de deux axes prioritaires. Le premier est la mise en place d’un service régional d’information pastorale et le second est le renforcement du dialogue de la gouvernance en matière de transhumance transfrontalière pour atténuer les risques de conflits et améliorer la nutrition des enfants et des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.