Boko Haram: D’importants renforts militaires bientôt au Cameroun

Le Tchad s’apprête à envoyer d’importants renforts militaires au Cameroun pour aider ce pays voisin, à combattre l’organisation islamiste nigériane Boko Haram.

Après l’annonce mercredi dernier de la collaboration entre le Tchad et le Cameroun, le président camerounais, Paul Biya vient de révéler plus de détails sur la nature de cette collaboration.

Dans un communiqué, le gouvernement camerounais a précisé jeudi soir, l’envoi de soldats tchadiens en vue d’aider à combattre la secte islamique de Boko Haram.

«Le président de la République du Cameroun, Paul Biya annonce que M. Idriss Deby, président de la République du Tchad, a décidé d’envoyer un important contingent des forces armées tchadiennes pour venir en appui aux forces armées camerounaises qui font face avec courage, détermination et une vaillance reconnue de tous, aux attaques répétées de la secte terroriste Boko Haram » sur le sol camerounais, lit-on dans le communiqué.

Par ailleurs le gouvernement camerounais ne donne par pour autant, le nombre exact des soldats du contingent tchadien, ni sur la date de son déploiement au Cameroun.

Pour rappel le Tchad est déjà engagé sur plusieurs fronts de lutte contre le terrorisme. L’armée tchadienne avait participé au début 2013, au côté de l’armée française à une vaste offensive militaire au Nord du Mali, d’où ont été délogés les groupes terroristes armés qui contrôlaient cette région.

Dans ce même cadre de lutte, Ndjamena abrite une force spéciale appelée « Barkhane » doté de dispositifs militaires performants avec 3000 hommes.

C’est dans ce contexte que le Tchad compte s’engager à nouveau sur le territoire Camerounais pour empêcher les infiltrations des combattants de Boko Haram.

Au Cameroun, la passivité du Nigeria et de la communauté internationale face à la progression de Boko Haram est très critiquée et suscite un sentiment d’isolement grandissant.

La diffusion récemment d’images satellitaires d’Amnesty Internationale sur le dernier carnage de Boko Haram, contribuera a suscité plus d’intérêt de la communauté internationale. Déjà suite a ses images, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry a réagi jeudi, en qualifiant de «crimes contre l’humanité», les récents massacres perpétrés par Boko Haram au Nigeria et au Nord du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.