EI : Le Pentagone projette l’installation d’une base de drones en Afrique du Nord

Le gouvernement américain a récemment annoncé son intention d’entrer en contact avec certains pays d’Afrique du nord afin d’installer sur leurs sols une base aérienne destinée spécialement aux drones de surveillance, le but étant de surveiller et de limiter l’expansion de l’Etat Islamique.

Face à la propagation des djihadistes appartenant au groupe terroriste EI en Afrique du nord et particulièrement en Libye, de hauts responsables américains ont décidé d’aller de l’avant en annonçant prochainement l’utilisation de drones de surveillance notamment en Libye.

Des sources proches du dossier ont précisé que les Etats Unis ont déjà engagé des négocient avec l’Egypte et la Tunisie pour installer sur leurs territoires une base aérienne pour assurer le décollage et l’atterrissage des aéronefs pilotés à distance.

D’après des militaires américains, il s’agirait presque certainement d’une base déjà existante sous souveraineté du pays hôte. Celui-ci accorderait ainsi aux Etats Unis la permission de positionner sur sa base des drones et du personnel militaire américain pour contrer la menace terroriste de l’EI.

Cependant, le Wall Street Journal a précisé qu’aucun de ces deux pays ayant une frontière directe avec la Libye n’a jusqu’à présent accepté la demande du gouvernement américain, et pour cause, si une base de drones venait à être installée sur leurs territoires, ils deviendraient la cible privilégiée des djihadistes islamistes de l’EI.

Le quotidien américain affirme en effet que les gouvernements de la région d’Afrique du nord considèrent l’EI comme une menace réelle mais s’inquiètent d’être plus directement visés par l’organisation djihadiste s’ils acceptaient d’accueillir les drones américains sur leur sol.

Pour nombre d’observateurs, l’établissement d’une telle base représenterait la plus importante expansion de la campagne contre l’EI dans la région. Si l’armée américaine parvenait, comme elle l’entend, à s’installer près des frontières libyennes, elle garantirait ainsi un suivi continu du mouvement des groupes terroristes en liaison avec l’EI et Daesh en Afrique du nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.