Migration: Les européens ont du pain sur la planche au sommet de La Valette

Un sommet Europe-Afrique sur la migration a démarré ce mercredi à La Valette, la capitale de Malte, avec la participation des chefs d’Etat et de gouvernement d’une cinquantaine de pays des deux continents, ainsi que des représentants de l’Onu, de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), de l’Union africaine (UA) et de la CEDEAO.

Pour l’Union européenne, l’objectif de ce sommet international décidé par le Conseil européen en avril dernier, est de se mettre d’accord avec les pays d’origine et de transit des migrants africains, sur son plan d’action proposé comme solution à la question tragique de la migration qui occasionne régulièrement des morts.

Cinq domaines spécifiques feront l’objet de discussions entre les participants. Il sera notamment question de débattre sur les remèdes aux causes profondes de la migration, dont le développement économique de l’Afrique, et sur la promotion et l’organisation des voies de migration légales.

La protection des migrants et des demandeurs d’asile sera aussi au centre des discussions, en même temps que les participants s’attaqueront à la question de l’exploitation et de la traite des migrants. Enfin le sommet permettra aux pays des deux continents de s’entendre sur des mécanismes permettant de mieux coopérer en matière de retour et de réadmission des migrants.

Les dirigeants européens entendent établir un «partenariat» efficace avec leurs pairs africains concernés par la crise migratoire. Par la suite, des discussions au cas par cas seront menées avec les pays africains.

Mais tous les observateurs ne sont pas convaincus des bonnes intentions des Européens que certains accusent de vouloir tout simplement asseoir leur politique de domination sur l’Afrique sous couvert d’aide au développement et de coopération. Pour d’autres, l’Europe est en partie responsable des flux migratoires des Africains.

A propos de Valette © 2015 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.