La justice américaine condamne le fils d’un ancien dictateur guinéen pour esclavage

La justice américaine a condamné Mohamed Touré, le fils de l’ancien chef d’Etat guinéen Sékou Touré (1958 – 1984), ainsi que son épouse, Denise Cros-Touré, à sept ans de réclusion pour avoir réduit à l’esclavage une jeune fille pendant 16 ans.

Le magistrat du tribunal fédéral de Fort Worth (Texas) ne s’est pas conformé aux recommandations des procureurs qui requéraient 20 ans de réclusion ferme lors de l’audience de janvier dernier à l’encontre de Mohamed Touré et de sa femme. Ces derniers sont accusés, entre autres, de trafic d’être humain, travail forcé, hébergement d’un étranger en situation illégale et, concernant uniquement le fils de l’ex- dirigeant guinéen, de fausses déclarations au FBI.

Djenna Diallo, la jeune fille présentée comme victime dans cette affaire, a été envoyée en janvier 2000 par le couple Touré à Southlake, une banlieue de Dallas où cette famille vivait. D’après certaines sources, la victime était alors âgée de 5 à 13 ans. Toutefois, son véritable âge demeure inconnu.

Une fois chez les Touré, Djenna Diallo aurait été contrainte de prendre soin des cinq enfants de la famille, de s’occuper du jardin et de préparer les repas. La jeune fille n’a bénéficié d’aucun soin médical ou d’aucune formation scolaire. En 2016, elle a pu s’échapper avec l’aide des voisins et a relaté son récit de vie aux forces de l’ordre.

A en croire les procureurs, le fils de l’ancien dictateur guinéen avait confié au FBI que son couple avait entamé la procédure d’adoption de Djenna Diallo. Mais ces propos n’ont pas été prouvés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.