La Côte d’Ivoire et le Ghana s’unissent pour mieux structurer le secteur du cacao

Le Ghana et la Côte d’Ivoire, les deux premiers pays producteurs mondiaux de fèves de cacao, ont conclu un accord portant sur la valorisation du cacao, notamment au niveau de sa production et de sa commercialisation.

L’accord a été scellé lors de la visite officielle, ce week-end, du président ghanéen, Nana Akufo-Addo à Yamoussoukro, la capitale de Côte d’Ivoire. Les chefs d’Etat des pays ont en effet signé un accord de partenariat stratégique, plus global, portant sur plusieurs domaines dont le cacao occupe la première place.

Dans ce partenariat stratégique, «le premier secteur qui est le plus important pour nos deux pays, c’est la question de la production de la commercialisation du cacao» a affirmé le président Alassane Ouattara, précisant que le Ghana et la Côte d’Ivoire travailleront dans le sens de «mieux organiser la production entre les deux pays et la commercialisation à l’intérieur».

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a pour sa part expliqué que «c’est un ambitieux projet qui mérite une étude approfondie, ajoutant avoir «saisi, le Président de la Banque africaine de développement, pour que nous puissions travailler ensemble car nous voulons valoriser notre première richesse, le cacao».

Les deux chefs d’Etat ont par ailleurs déploré la baisse des cours du cacao dans leur pays qui dépendent des «fluctuations extérieures» et ont promis de renforcer leur coopération de manière à peser davantage dans la fixation des prix sur le marché mondial.

«La Côte d’Ivoire et le Ghana produisent ensemble les 2/3 du cacao mondial et quand nous voyons ce que nos paysans touchent comme rémunération, ce que nous retirons de la production, de la vente, nous nous sommes dits que cela est totalement injuste», a déploré Ouattara.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo a estimé «inconcevable» que les deux pays soient entre les «mains des spéculateurs», assurant que «l’accord de partenariat stratégique permettra de prendre notre destin en main».

A propos de Yamoussoukro© 2017 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.