La Côte d’Ivoire dément le paiement des salaires des fonctionnaires ivoiriens par la France

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a démenti ce mercredi, l’information selon laquelle les salaires des fonctionnaires de son pays auraient été réglés grâce à un appui budgétaire de la France.

« J’entends dire que le budget de l’Etat de Côte d’Ivoire, serait entièrement alimenté par des apports extérieurs, notamment un appui budgétaire de la France qui aurait servi au paiement des salaires des fonctionnaires. Cela est une énormité ! », a déclaré Coulibaly qui tenait une conférence de presse à l’Auditorium de la Primature pour faire le point de ses actions, après un an d’exercice.

Le chef de l’exécutif ivoirien s’est employé à démontrer, chiffres à l’appui, que les ressources intérieures, qui se sont élevées à 3227,8 milliards de FCFA en 2017, couvrent les «dépenses salariales, de fonctionnement et d’investissement sur ressources propres».

Il a ainsi conclu que « les ressources de l’Etat de Côte d’Ivoire, sont donc largement suffisantes pour permettre au Gouvernement de faire face, lui-même, au paiement des salaires de nos fonctionnaires dont le montant s’est élevé à 1512 milliards de FCFA en 2017 ».

Le point de presse de Coulibaly s’est articulé autour de trois axes, notamment les sujets qui ont marqué l’actualité au cours de ces dernières semaines (annexe fiscale, budget de l’Etat, endettement, gouvernance…), l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens, et l’emploi, particulièrement celui des jeunes.

Dès le départ de son « propos liminaire », le premier ministre a précisé que sa rencontre avec les médias visait non seulement à informer et sensibiliser les Ivoiriens sur l’ensemble des actions réalisées par le gouvernement, mais aussi de les rassurer quant aux perspectives à venir.

« Il s’agit pour nous, dans l’esprit d’ouverture et de transparence instauré par le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara, d’entretenir un dialogue constructif avec nos concitoyens », a dit Coulibaly.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.