Angola : nouvelle discorde entre Lourenço et Isabel dos Santos

Depuis quelques mois, le torchon brûle à nouveau entre le président João Lourenço et Isabel dos Santos, autour de l’annulation d’un contrat gagné par Atlantic Ventures SA, une société dans laquelle Isabel détient des actions.

 

En juin dernier, le gouvernement a annulé cet accord qui avait attribué à Atlantic Ventures, les droits de construction et de gestion d’un port en eau profonde à Barra do Dande, nord-ouest, le long de la côte Atlantique.

 

L’accord avait été conclu en 2017, quelques jours avant la démission du président Eduardo dos Santos de son poste, et les autorités d’alors avaient émis une garantie d’Etat de 1,5 milliard de dollars afin de permettre à la société de commencer sans tarder les travaux.

 

L’annulation du projet a été justifiée par « les conditions d’attribution du marché » qui « n’avaient pas été respectées ». Atlantic Ventures SA considérée aussi « inexpérimentée » dans le domaine de la construction, aurait obtenu ce marché sans être passée par la procédure d’appel d’offres.

 

Qualifiant la décision gouvernementale d’« expropriation », la société a exigé, dans un communiqué, un paiement d’indemnités suite aux préjudices qu’elle pourrait connaître. « Atlantic Ventures attend maintenant les informations nécessaires de l’exécutif angolais concernant les conséquences de ses décisions, après quoi elle prendra les dispositions nécessaires pour protéger ses intérêts », a fait savoir l’entreprise. Reste à savoir si le gouvernement de Lourenço coopèrera dans le sens voulu par Atlantic Ventures.

 

Depuis son arrivée au pouvoir en septembre 2017, Lourenço continue à écarter des postes stratégiques les piliers du régime de son prédécesseur accusé de corruption. La toute puissante Isabel dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique, fille de l’ex-président José Eduardo dos Santos, a été demis de son poste de PDG de la société nationale pétrolière (Sonangol). Un de ses frères, José Filomeno dos Santos, a été éjecté de la direction du fonds souverain de l’Angola.

 

Selon la presse locale, Lourenço aurait aussi retiré, ces derniers jours, un projet de 4,5 milliards de dollars concernant la construction d’une centrale hydroélectrique, à deux autres sociétés ayant des liens présumés avec Isabel dos Santos.

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.