RDC: Le football plus fort qu’Ebola

Pour la 6ème et dernière journée des éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) 2019, la République démocratique du Congo (RDC) jouera bien sur son propre territoire, contrairement à la volonté de son adversaire, le Liberia, de délocaliser cette rencontre à cause de l’Epidémie d’Ebola qui sévit actuellement en RDC.

La Fédération libérienne de football (LFA) avait saisi dans ce sens, la Confédération africaine de football (CAF). Les Libériens sollicitaient la délocalisation de ce match, en raison du traumatisme provoqué par la dernière flambée d’Ebola au Liberia. Mais sa requête a été rejetée par la CAF qui maintient donc le match du dimanche 24 mars 2019, au stade des Martyrs de Kinshasa.

L’Est de la RDC est en effet confronté à une épidémie d’Ebola depuis août 2018, et le cap des 500 morts est déjà franchi. Cette épidémie, couplée à l’insécurité, avaient empêché trois régions de cette zone du pays de voter lors des élections générales du 30 décembre 2018.

«Selon les rapports, le virus se trouve très loin de Kinshasa et il n’y a aucun risque d’organiser le match RDC-Liberia comme prévu», directeur des compétitions de la CAF, a souligné Samson Adamu, assurant que son institution est en contact avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et «suit la situation de près pour assurer l’organisation du match dans les meilleures conditions».

Bataille psychologique gagnée donc pour les Congolais, dans ce match où les deux pays sont contraints de s’imposer pour gagner leur place à la plus grande compétition de football africain, prévue en juin prochain en Egypte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.