Egypte : Sommets d’urgence au Caire sur le Soudan et la Libye

L’Egypte accueille ce mardi 23 avril deux sommets africains au Caire, pour débattre en urgence des situations au Soudan et en Libye, a annoncé lundi la présidence égyptienne dans un communiqué.

Placés sous l’égide du Chef de l’Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l’Union africaine (UA), ces sommets devraient enregistrer la présence de plusieurs présidents africains.

Les présidents du tchadien Idriss Deby, du djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, du rwandais Paul Kagame, du congolais Denis Sassou-Nguesso, du somalien Mohamed Abdullahi Mohamed et du sud-africain Cyril Ramaphosa, sont attendus pour le sommet dédié au Soudan, où la tension reste vive entre les leaders de la contestation populaire et le conseil militaire de transition.

Le mouvement de contestation qui réclame le transfert du pouvoir aux civils a rompu le 21 avril les discussions qui étaient engagées avec l’armée.

Selon un membre de l’Association des professionnels soudanais (APS), l’organisation à la tête de la contestation, le Conseil militaire veut faire inclure dans ce gouvernement civil des partis politiques proches de l’ancien régime, contre le gré des meneurs de l’opposition. Ces derniers comptent proposer le jeudi 25 avril prochain, leur propre composition du futur gouvernement civil.

Il sera donc question, au Caire, de « discuter (…) des moyens les plus appropriés pour faire face à l’évolution de la situation et de contribuer à la stabilité et à la paix» au Soudan. Pour rappel, l’UA a donné à l’armée, le 15 avril dernier, un ultimatum de 15 jours pour transférer le pouvoir à une «autorité politique civile».

Le sommet sur la Libye réunira autour d’al-Sissi, les dirigeants rwandais, sud-africain et congolais (également président de la commission sur la Libye à l’UA).

Dans ce pays, l’offensive lancée sur Tripoli, depuis trois semaines, par les hommes du maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), continue de faire des victimes. La capitale libyenne est tenue par le gouvernement d’union nationale (GNA), soutenu par la communauté internationale.

Les participants à la réunion sur la Libye aborderont les moyens susceptibles «d’endiguer la crise actuelle et de relancer le processus politique ainsi que l’élimination du terrorisme».

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, ainsi que des dirigeants éthiopien, sud-soudanais, ougandais, kenyan et nigérian prendront part aux deux rencontres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.