L’économie nigériane entre inquiétudes et espoirs

Ce début d’année s’annonce prometteur pour l’économie du Nigeria qui a enregistré une croissance de 2,01% de son produit intérieur brut (PIB) réel au premier trimestre 2019 le pays a annoncé ce lundi avoir enregistré.

Comparé à la même période de l’année précédente, la croissance était de 1,89%. Ce PIB en 2019 est encourageant pour ce géant d’Afrique qui fait face à des conjonctures économiques difficiles ces dernières années.

Mais ce chiffre est également inquiétant, puisqu’il est en deçà des 2,38% de croissance de PIB enregistré par le Nigeria au dernier trimestre de 2018, à cause notamment de la contraction du secteur pétrolier, a révélé le Bureau national des statistiques (NBS) de la 1ère puissance économique et militaire d’Afrique de l’ouest.

Entre le 1er janvier et le 31 mars de l’année en cours, le secteur non pétrolier nigérian a progressé de 2,47%, tandis que le secteur pétrolier s’est contracté de 2,40%, malgré la hausse de la production de pétrole brut à 1,96 million de barils par jour contre 1,91 million au cours du trimestre précédent.

Selon des données publiées en février dernier par le Bureau national des statistiques, le PIB du Nigeria a enregistré une progression de 1,9 % en 2018, contre 0,82 % en 2017, atteignant ainsi son plus rapide taux de croissance depuis la récession qui a frappé l’économie de ce pays d’Afrique de l’Ouest en 2016. Et pour continuer à relever la tête, le pays diminue ses dépenses.

Lors d’une conférence de presse ce lundi, le ministre nigérian de l’Information, Lai Mohammed, a annoncé qu’une cérémonie d’investiture présidentielle «discrète», sera organisée le 29 mai prochain, «pour réduire les coûts» de cette cérémonie organisée à l’occasion du début du second mandat du président Muhammadu Buhari.

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.