Le Suriname réaffirme le retrait de sa reconnaissance de la prétendue «RASD»

L’Etat du Suriname a réitéré mercredi, sa décision de retirer sa reconnaissance de la prétendue république sahraouie «RASD», autoproclamée par le front Polisario sous l’impulsion et le cautionnement du régime algérien.

«Le gouvernement de la République du Suriname réitère sa décision prise le 9 mars 2016 et communiquée aux Nations Unies, en vertu de laquelle il a retiré sa reconnaissance de la soi-disant RASD», indique un communiqué conjoint signé à l’occasion de la visite officielle au Suriname, du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, à l’issue des entretiens qu’a eus le chef de la diplomatie marocaine avec son homologue du Suriname, Mme Yldiz Pollack-Beighle.
Le Suriname se déclare également favorable à une solution politique définitive au différend régional autour du Sahara marocain, dans le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume, ajoute la même source.

Tout en réitérant sa « position de principe en faveur des principes internationalement reconnus du dialogue et du règlement pacifique des disputes », le gouvernement du Suriname salue «l’engagement du gouvernement du Maroc en faveur d’une solution politique définitive et mutuellement acceptable», invitant «toutes les parties à continuer sur la voie du dialogue pour parvenir à une telle solution dans le cadre de la souveraineté marocaine et l’intégrité territoriale du Royaume».

Dans le même communiqué, l’exécutif du Suriname salue le rôle que joue le Roi Mohammed VI «en tant que leader africain, à travers Son engagement dans la diplomatie régionale tant en Afrique qu’ailleurs dans le monde » dans divers domaines socio-économiques.

Nasser Bourita a saisi cette occasion pour informer Mme Pollack-Beighle des derniers développements du dossier du Sahara et réitéré l’engagement du Maroc à œuvrer de concert avec l’Organisation des Nations Unies en vue de parvenir à une solution juste et définitive à ce conflit territorial régional opposant le Maroc et l’Algérie par Polisario interposé.

Les deux ministres ont également échangé sur d’autres questions d’intérêt commun portant sur le commerce, les investissements, la connectivité, les échanges culturels, le tourisme et l’échange des expériences.

Le ministre marocain qui a entamé mercredi sa visite au Suriname, a eu par ailleurs, des entretiens avec plusieurs hauts responsables du pays caribéen.

 

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.