Le Maroc et le Brésil engagent un partenariat multidimensionnel

Le Maroc et le Brésil ont scellé 7 accords de coopération visant à étoffer et à renforcer le cadre juridique des relations bilatérales en vue d’un partenariat multidimensionnel, à l’occasion d’une visite au Brésil du ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita.
Ces accords, signés par Bourita et son homologue brésilien, Ernesto Araujo, portent sur des domaines allant de l’investissement à la défense, en passant par l’entraide judiciaire et la non double imposition pour le transport maritime et aérien, apprend-t-on de la diplomatie marocaine.
«Le Maroc pourrait être une plateforme économique pour un plus grand accès du Brésil en Afrique et dans le monde arabe et le Brésil pourrait être une plateforme économique pour le Maroc en Amérique Latine», a déclaré Nasser Bourita tout en insistant sur la nécessité de renforcer davantage la coopération économique et commerciale entre les deux pays, qui aura, a-t-il dit, des avantages non seulement bilatéraux, mais également à l’échelle régionale.
Ces accords sont positifs en ce sens où ils «renforcent le dialogue bilatéral et construisent des politiques fondées sur un statut juridique solide», a indiqué, pour sa part, le ministre brésilien des Relations extérieures, Ernesto Araujo.
Il s’agit d’un accord de coopération et de facilitation de l’investissement (ACFI) qui constitue le premier instrument juridique du genre à relier le géant sud-américain et un pays arabe. Il porte sur la promotion de l’investissement mutuel et la mise en œuvre d’une stratégie d’investissement comprenant une panoplie de mécanismes.
Le second accord porte sur le domaine de la défense ainsi qu’un Mémorandum d’entente entre l’Académie marocaine des études diplomatiques et l’Institut Rio Branco.
Sur le plan judiciaire, trois accords ont été signés, notamment la convention sur le transfèrement des personnes condamnées, une convention d’entraide judiciaire en matière pénale et une convention d’extradition.
Enfin les deux parties ont signé également un dernier accord sectoriel de non double imposition pour le transport maritime et aérien afin de stimuler le transport maritime et le fret aérien entre les deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.