Ebola en RDC : La collaboration transfrontalière au centre d’une réunion à Goma

La collaboration transfrontalière contre l’épidémie d’Ebola était au centre d’une réunion de haut niveau initiée par le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique) et l’OMS.

Cette rencontre a réuni, lundi à Goma au Nord-Kivu à l’est de la République Démocratique du Congo RDC), les ministres de la santé du pays hôte et de neuf autres pays voisins.

Elle a permis aux participants d’établir les mécanismes de coordination, de collaboration et de communication transfrontalière, d’adopter un plan d’actions transfrontalier commun pour la préparation et l’intervention en cas d’urgence et de sceller un accord de partage des données en temps opportun axé sur Ebola et d’autres menaces.

Outre la représentante régionale adjointe de l’OMS pour l’Afrique, Moeti Matshiso Rebecca, la commissaire en charge des questions sociales de l’Union africaine, Mme Amira Elfadil, a pris part une part active à cette rencontre aux côtés des ministres de la santé du Soudan du Sud, de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi, de la Tanzanie, de l’Angola, de la République centrafricaine, du Congo Brazzaville et de la Zambie.

Le vice-ministre congolais de la santé, Albert Mpeti Lyombo a affirmé devant ses pairs, qu’à ce jour, «l’épidémie de la maladie à virus Ebola en RD Congo est sous contrôle comme le démontrent plusieurs indicateurs».

Le cumul des cas recensés est de 3.239, avec 2.169 décès enregistrés et 1.042 personnes guéries, depuis l’apparition officielle de la dixième éruption de l’épidémie de la maladie à virus Ebola à l’est de la RD Congo le 1er août 2018 jusqu’au dimanche 20 octobre 2019.

L’épidémie d’Ebola qui sévit  en RDC a été à nouveau classée ce vendredi, dans la catégorie «urgence sanitaire mondiale », par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’issue d’une réunion de son comité d’urgence.

«L’urgence de santé publique sera maintenue pendant trois mois supplémentaires» et « le comité d’urgence sera reconvoqué dans trois mois», a déclaré lors d’une conférence de presse le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.