L’armée des Etats-Unis tue quatre militants Shebab en Somalie

L’armée américaine a tué, dimanche 29 décembre, quatre présumé «terroristes», suite à des frappes aériennes effectuées contre les combattants Shebab en Somalie, a annoncé dans un communiqué le commandement militaire américain pour l’Afrique (AFRICOM).

«En coordination avec le gouvernement fédéral somalien, l’US Africa Command a effectué le 29 décembre trois frappes aériennes en deux endroits visant des miliciens Shebab», qui seraient « responsables d’actes terroristes contre des citoyens somaliens innocents en coordination avec Al-Qaïda », affirme le document.

Deux combattants Shebab ont été neutralisés dans les alentours de Qunyo Barrow et deux autres à Caliyoow Barrow, précise AFRICOM qui estime «qu’aucun civil n’a été blessé ou tué lors de ces frappes».

Ces frappes seraient une riposte suite à l’attentat perpétré samedi 28 décembre par le groupe islamiste el-Shebab à Mogadiscio, la capitale somalienne, dont le bilan s’élève maintenant à 81 morts et 125 blessés. Une voiture piégée a explosé dans un quartier très animé. Une dizaine de personnes sont encore portées disparues.

L’attentat a été revendiqué ce lundi par le groupe islamiste qui aurait visé un convoi de «mercenaires» turcs. «Samedi, les moujahidines ont mené une attaque (…) ciblant un convoi de mercenaires turcs et les miliciens apostats qui les escortaient», a annoncé le porte-parole du mouvement rebelle somalien, Ali Mohamud Rage, dans un message audio.

Ce responsable jihadiste a accusé la Turquie de chercher à « conquérir » la Somalie et d’avoir pris «le contrôle de toutes (ses) ressources économiques».

«Les Turcs sont nos ennemis et, comme nous l’avons déjà dit, nous ne cesserons pas de nous battre jusqu’à ce qu’ils se retirent de notre pays », a-t-il menacé.

La Turquie, qui est l’un des principaux donateurs et investisseurs en Somalie, voit souvent ses intérêts et ressortissants ciblés par les Shebab.

Dans son message, Ali Mohamud Rage a aussi présenté des excuses auprès des victimes civiles de l’attentat, une première dans l’histoire de cette milice somalienne qui cherche à renverser le gouvernement du pays soutenu par la communauté internationale.

« Nous sommes vraiment désolés pour les pertes infligées à notre société musulmane somalienne et nous présentons nos condoléances aux musulmans qui ont perdu leur vie, ont été blessés ou ont vu leurs biens détruits », a-t-il indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.