L’armée américaine accusée d’avoir tué un civil en Somalie pris pour un terroriste

Le commandement américain pour l’Afrique (Africom) a démenti, ce mercredi 15 avril dans un communiqué, avoir tué un civil somalien dans une frappe récente contre le groupe terroriste Shebab, précisant qu’il s’agissait d’un «terroriste complice du meurtre d’au moins six Somaliens innocents».

L’information sur la neutralisation de ce civil a été communiquée par deux organes de la presse locale, selon Africom qui a parlé d’«allégations (…) basées sur de la propagande des shebab» et qui seraient «fausses».

Selon l’armée américaine, le «terroriste des shebab» concerné a «exhibé les corps de soldats de l’armée nationale somalienne dans un village», avant qu’il ne soit neutralisé.

« Il ne s’agissait pas d’un civil innocent», a insisté le directeur des opérations de l’Africom, le général William Gayler, ajoutant que « ce terroriste a posé avec des drapeaux des shebab bien visibles derrière lui, alors que des corps de Somaliens de tous âges étaient exhibés lors de son horrible présentation publique».

L’Africom fait régulièrement l’objet de critiques de la part d’Amnesty International qui l’accuse de dissimuler le nombre des victimes civiles de ses frappes de drones quasi quotidiennes contre le groupe jihadiste somalien affilié à Al-Qaïda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.