Afrique : Plaidoyer pour la réouverture des frontières aériennes

Afin de minimiser les pertes occasionnées par la pandémie de Covid-19 au  transport aérien, les acteurs africains du secteur souhaitent un redémarrage rapide, sûr et harmonisé des services aériens.

Le Conseil international des aéroports-Afrique (ACI Afrique) et les bureaux régionaux des États africains de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et l’Association du transport aérien international (IATA) ont lancé un appel pour la réouverture des frontières aériennes dans le continent noir.

D’une seule voix, ces organisations demandent aux gouvernements africains de mettre rapidement en œuvre les lignes directrices de l’OACI en vue du rétablissement de la connectivité aérienne, pour assurer le redémarrage sûr et harmonisé de l’aviation dans la région, indique un communiqué conjoint de l’IATA et de l’ACI Afrique.

Elles estiment que les Etats doivent saisir toutes les possibilités pour lever les restrictions de voyage, par des ententes bilatérales ou multilatérales entre les pays, et ce, dès que la situation épidémiologique le permettra.

Le transport aérien en Afrique connaitrait une baisse de la demande de 58,5% en 2020, ce qui représente le plus fort déclin parmi toutes les régions, révèle la même source.

Ces organisations soulignent, par ailleurs, que les compagnies aériennes sur le continent subiraient «des pertes nettes de 2 milliards de dollars cette année, alors que les revenus passagers reculeraient de plus de 6 milliards».

De plus, les aéroports d’Afrique enregistreraient une baisse de 51 % de leurs revenus en 2020, soit près de 2,2 milliards. Selon la même source, 3,1 millions d’emplois seraient perdus dans le secteur de l’aviation et dans les industries connexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.