La croissance mondiale fait la grise mine

Le Fonds monétaire international (FMI) qui affiche des prévisions plutôt pessimistes, a annoncé une contraction du PIB mondial de 4,9% pour l’année 2020, alors qu’il l’estimait en avril à 3%.

Dans une mise à jour des perspectives de l’économie mondiale, publiée ce mercredi 24 juin, le FMI alerte que la croissance mondiale va chuter de 1,9 point de pourcentage de plus, par rapport à ses prévisions faites en avril dernier.

«La pandémie de Covid-19 a eu un impact négatif plus important que prévu, sur l’activité au cours du premier semestre 2020, et la reprise devrait être plus progressive, que ce à quoi on s’attendait », a justifié l’institution monétaire.

« L’impact négatif sur les ménages à bas revenus est particulièrement sévère, et pourrait compromettre les progrès considérables qui ont été accomplis en matière de réduction de l’extrême pauvreté dans le monde depuis les années 90», avertit le Fonds.

Pour 2021, indique la même source, la prévision de croissance mondiale devrait atteindre 5,4%, contre 5,8% attendu au printemps. Globalement, le PIB de 2021 devrait donc se retrouver quelque 6,5 points de pourcentage au-dessous du niveau envisagé par les projections établies en janvier 2020, avant la pandémie de Covid-19, souligne l’institution de Bretton Woods.

Le FMI relève que ses prévisions restent exposées à un « degré d’incertitude supérieur à la normale » et estime que « l’ampleur du rebond récent du sentiment sur les marchés financiers semble déconnectée de l’évolution des perspectives économiques sous-jacentes ».

Le Fonds monétaire international avertit qu’en cas d’une seconde vague de la pandémie en début 2021, la croissance mondiale pourrait chuter à 0,5% seulement l’année prochaine. Alors qu’une meilleure maîtrise de la propagation du virus d’ici la fin de cette année, pourrait limiter la contraction du PIB mondial à 4,4% et doper la croissance 2021 de 3% ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.