Burkina : Un an de prison ferme pour vente de boissons périmées

La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance à Ouagadougou, a condamné vendredi dernier, à un an de prison ferme, des responsables du groupe Obouf pour «tromperie aggravée du consommateur».

Il s’agit principalement du Président du conseil d’administration et du directeur général du groupe Obouf qui écopent également d’une amende de 10 millions de FCFA (15.000 euros) chacun. Ils sont aussi astreints à publier la décision de justice dans deux quotidiens du pays pendant un mois.

Le même montant a été infligé à la société Obouf, reconnue coupable, en tant que personne morale, pour la vente de près de 13.000 tonnes de boissons périmées sur le territoire burkinabè.

C’est en février dernier que ces boissons provenant de la Tunisie, ont été saisies par la police nationale dans deux entrepôts à Ouagadougou. Les dates de péremption étaient falsifiées avant l’écoulement des cannettes de soda périmées sur le marché burkinabé.

Le technicien chargé de l’opération de falsification, un Tunisien, a été condamné à trois mois de prison ferme et à 5 millions de FCFA d’amende.

Le tribunal a libéré une dizaine de personnes interpellées dans la même affaire, «au bénéfice du doute» ou «pour infraction non constituée ». Il a ordonné par ailleurs le retrait du marché national, des boissons en canettes commercialisées sous la marque de Coca cola (Fanta, Coca et Sprite).

Suite à l’annonce du verdict, le président de la Ligue des consommateurs au Burkina, a manifesté, son espoir de voir cette décision judiciaire amener «tous ceux qui s’adonnent à de telles activités à cesser de le faire».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.