Sénégal : Le torchon brûle entre Alpha Condé et Abdoulaye Wade

Le président guinéen, Alpha Condé, s’est livré, la semaine dernière, à des accusations contre l’ex-président sénégalais, Abdoulaye Wade, alors qu’il était en visite officielle de trois jours à Dakar.

Le parti politique de Wade a réagi violemment et sans tarder aux propos de Condé, l’accusant, dans un communiqué, de manquer de «noblesse».

Devant la presse à Dakar, Alpha Condé a accusé Abdoulaye Wade d’avoir encouragé l’ex-président putschiste, Dadis Camara, à rester au pouvoir en Guinée Conakry, malgré la pression de Communauté internationale.

Un reproche que les partisans de Wade n’ont pas toléré. «Que ce Monsieur vienne aujourd’hui accuser le Président Wade d’avoir encouragé les militaires à garder le pouvoir, voilà qui montre que même investi des plus hautes charges de son pays, dans la douleur et la confusion, Alpha Condé manquera toujours de panache et de noblesse», a fustigé le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) dans son communiqué.
«Alpha Condé n’a fait que projeter l’image d’un goujat parvenu au pouvoir par un tour de passe que seuls les Occidentaux pouvaient imaginer», poursuit le communiqué.

De l’avis du PDS, Alpha Condé manque de reconnaissance envers Wade. «Combien de fois, durant les douze années où Wade était au pouvoir, Alpha Condé est venu séjourner au Sénégal au frais de la Présidence de la République. Sa ‘‘prise en charge’’ était dans l’ordre normal du fonctionnement du protocole présidentiel à tel point que Monsieur Alpha Condé pouvait revendiquer l’affectation d’une suite dans n’importe quel palace de Dakar, et il ne s’en privait pas».
Plus que le bon accueil qui lui était réservé à Dakar, Alpha Condé a bénéficié, selon le communiqué, du soutien de Wade lors du scrutin présidentiel qui l’a propulsé au pouvoir. D’après le PDS, Abdoulaye Wade avait usé de sa capacité de persuasion pour obtenir du candidat Cellou Dalein Diallo l’acceptation des résultats du deuxième tour qui étaient en faveur de Condé. «Pourtant, Alpha Condé sait mieux que quiconque que rien de crédible ne pouvait justifier son élection», ajoute le communiqué.

Le président guinéen qui a achevé sa visite à Dakar en bon termes avec le président Macky Sall, après les tensions nées de l’épidémie d’Ebola, se retrouve ainsi engagé dans un autre conflit, mais cette fois-ci avec le prédécesseur de Sall.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.