Tchad-Présidentielle : Les résultats provisoires donnent Déby vainqueur au 1er tour

Le président tchadien, Idriss Déby Itno serait réélu au premier tour de l’élection présidentielle au Tchad, avec 61,56% des suffrages exprimés, d’après les résultats provisoires publiés jeudi à N’Djamena,  par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Le président sortant, Idriss Déby est suivi dans ce classement de la Ceni, par l’opposant, Saleh Kebzabo avec 12,80% des voix. La Commission électorale précise dans un communiqué, que le taux de participation est de 76,11 %.

A l’annonce des résultats provisoires, Idriss Déby s’est adressé à ses partisans pour les remercier, déclarant que «c’est votre victoire». Selon des témoignages, N’Djamena, la capitale, était déjà dans une ambiance festive, sous le feu de la musique et des rafales d’armes automatiques dans la soirée de jeudi.

Au pouvoir depuis plus de 25 ans, Idriss Déby est donc réélu pour un cinquième mandat, quoique, d’emblée, l’opposition ne reconnaît pas les résultats officiels provisoires de la Commission électorale.

Mardi 19 avril, les représentants des candidats de l’opposition s’étaient retirés du processus de dépouillement des résultats. Ils avaient expliqué, lors d’une conférence de presse, qu’ils refusaient «de cautionner le faux qui est entrain d’être mis en place par la Ceni».

«Nous, délégués des candidats avons décidé en date 17 avril 2016 de nous retirer du processus de dépouillement des résultats. Par conséquent, les délégués des candidats de l’opposition ne se reconnaissent pas dans les opérations de recensement des résultats», ont-ils déclaré.

L’on ignore pour l’instant si c’est pour la même raison que le premier vice-président de la Ceni a démissionné jeudi, juste quelques heures avant la proclamation des résultats provisoires. Ces résultats doivent être avalisés dans un délai de 15 jours par le Conseil constitutionnel.

Douze candidats de l’opposition à la présidentielle qui avaient déjà mis en garde la Ceni et le Conseil Constitutionnel contre toute tentative d’avaliser un «hold up électoral», avaient promis de mettre en place un gouvernement d’union nationale au cas où Idriss Deby serait réélu au premier tour.

Le climat politique déjà tendu depuis plusieurs jour au Tchad, suite à la volonté de Déby de se maintenir au pouvoir, risque de s’envenimer avec l’annonce de la victoire au premier tour, du président sortant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.