Soudan du Sud: Le ministre de l’agriculture démissionne

Le ministre sud-soudanais de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, Lam Akol a annoncé ce lundi, lors d’une conférence de presse, qu’il quittait ses fonctions qu’il occupait au sein du gouvernement d’union, en raison du fait que «l’accord de paix est mort».

Pour l’opposant Lam Akol, «il n’y a pas d’espace politique libre à Juba, la seule possibilité pour s’opposer à ce régime afin de restaurer la paix dans notre pays en guerre est de s’organiser en dehors de Juba».

Sa démission intervient après la nomination du ministre des mines Taban Deng Gai, au poste de vice-président, en remplacement de Riek Machar qui a quitté Juba début juillet, suite aux violents combats ayant opposé ses troupes à l’armée gouvernementale.

Le nouveau vice-président, issu du camp de l’ex-rébellion, a été choisi par une partie des cadres de la formation politique de Riek Machar. Mais ce choix n’a pas été approuvé par certains partisans de Machar, le considérant «illégal», dans la mesure où il n’a pas émané de la majorité de la direction du parti.

Le ministre démissionnaire de l’agriculture qui est désormais convaincu qu’il n’y a plus d’accord de paix à appliquer à Juba, a appelé toutes les factions de l’opposition du pays à s’unir pour faire tomber le régime de Salva Kiir.

«Nous sommes tous d’accord sur le fait que le régime de Juba doit changer. Nous avons des différences sur les moyens d’y parvenir. Certains pensent que cela doit se faire par la force, d’autres par des moyens politiques. Nous sommes donc en train d’en parler (…) pour «trouver des intérêts communs», a-t-il déclaré. Signalons que Lam Akol était battu par le Président Salva Kiir lors de la présidentielle de 2010.

L’accord de paix signé en août 2015, entre le président Salva Kiir et son rival de longue date, Riek Machar, était censé ramener la paix au Soudan du Sud, après les deux ans de conflits qui ont déjà fait des dizaines de milliers de morts. Mais la réalité sur le terrain fait craindre une nouvelle escalade entre les deux clans rivaux qui se disputent le pouvoir à Juba.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.