Un Casque bleu tué à Kidal au Mali

Un Casque bleu a été tué et quatre autres ont blessés dimanche, dans l’explosion d’une mine dans la région de Kidal (nord-est du Mali), a-t-on annoncé auprès de la mission de paix des Nations Unies au Mali (Minusma).

La Minusma «déplore le décès d’un Casque bleu parmi les cinq blessés», après qu’un de ses véhicules a «heurté un engin explosif improvisé ou une mine à environ 11 km au sud d’Aguelhoc-Anéfis, dans la région de Kidal», précise un communiqué de la Mission qui signale une deuxième explosion, qui s’est produite environ deux heures après la première, mais sans faire de victimes.

L’ONU a condamné «fermement ces lâches attaques» et dénoncé «avec la plus grande vigueur cette série d’actes révoltants qui ciblent son personnel». La Minusma a affirmé que «la multiplication de ces attaques n’entamera en rien (sa) détermination à soutenir le processus de paix» dans le nord du Mali.

Cette attaque contre les militaires de l’ONU intervient un peu plus de deux semaines après un assaut de groupes armés contre une caserne militaire de l’armée malienne à Nampala, au centre du Mali, qui a fait près de 20 morts et 35 blessés parmi les soldats maliens.

Le Mali continue à être le théâtre des violences de la part des groupes jihadistes, malgré la présence des casques bleus sur son territoire.

L’accord de «paix et de réconciliation» conclu entre le pouvoir central et des groupes armés, n’est toujours pas respecté en bonne et due forme.

Dans la région de Kidal, la Plateforme, milice pro-Bamako composée des touaregs du Gatia, et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) se disputent entre eux des territoires, ce qui complique la tâche des casques bleus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.