L’armée nigériane annonce avoir libéré 1.800 civils des mains de Boko Haram

Un responsable de l’armée au Nigéria a annoncé, mercredi, la libération de 1.880 civils qui étaient retenus en otage par le groupe islamiste Boko Haram, dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du pays.

«Lors de nos opérations sur la période du 14 au 21 décembre 2016, un total de 1 880 civils ont été sauvés dans les enclaves de Boko Haram», a déclaré le général Leo Irabo dans un communiqué.

Plus que cela, l’armée a mis la main sur plus de 500 combattants de la secte nigériane. «De même, entre les 14 et 21 décembre, un total de 564 terroristes de Boko Haram ont été arrêtés et 19 autres se sont rendus à nos soldats. Sept suspects d’enlèvement et 37 étrangers ont également été arrêtés», a ajouté le responsable militaire.

Depuis l’année passée, l’armée mène des opérations dans la forêt de Sambisa où des combattants du groupe islamiste ont trouvé refuge après avoir subi des représailles militaires. La lutte contre le terrorisme, et Boko Haram en particulier, figure parmi les priorités du président Muhammadu Buhari.

Les violences de la secte islamiste nigériane et leur répression ont déjà fait plus de 20.000 morts et provoqué le déplacement de 2,6 millions de personnes. Le mouvement terroriste s’est aussi distingué dans les enlèvements, dont celui de plus de 200 lycéennes de la ville de Chibok intervenu en avril 2014. Juste quelques-unes d’entre ces lycéennes sont jusqu’ici libérées par l’armée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.