La RDC libère le correspondant de la Deutsche Welle soupçonné d’espionnage

Le correspondant au Burundi de la Radiotélévision internationale allemande Deutsche Welle a été libéré par l’Agence de renseignements (ANR) de la République démocratique du Congo (RDC), d’après une annonce faite ce lundi, par la chaine allemande.

Antéditeste Niragira avait été arrêté la semaine passée en RDC alors qu’il faisait un reportage sur les conditions difficiles des réfugiés burundais dans le camp de Kavimvira. Il était détenu à la prison d’Uvira, accusé d’espionnage par le pouvoir congolais, sans toutefois donner des informations précises sur ce pour quoi il était reproché.

Le reporter libéré aurait été conduit à la frontière avec le Burundi. Toutefois, des zones d’ombre existeraient encore quant à sa situation réelle. Après avoir rassuré la Radiotélévision allemande que son correspondant était entre les bonnes mains, le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, a publié par la suite un tweet dans lequel il a affirmé que la police du Burundi était en contact avec les autorités congolaises afin de «ramener Antéditeste Niragira», précisant que le journaliste avait foulé le territoire congolais sans accréditation.

La Radiotélévision allemande se dit inquiète et suit de près l’affaire. Elle avait riposté, après l’arrestation de  Niragira, contre les propos des autorités congolaises, déclarant que «l’accusation selon laquelle notre correspondant aurait voulu espionner quoi que ce soit est monstrueuse et dépourvue de tout fondement».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.